Selon les chiffres du système de déclaration de l'Office fédéral de la santé publique OFSP, il y a une prévalence accrue de l'hépatite C en Suisse chez les migrants de la première génération (60+) en provenance d'Italie. Les pratiques d'injection paramédicale non stériles de vitamines et de nutriments dans le pays d'origine sont soupçonnées d'être la source d'une éventuelle infection. Comme la maladie progresse souvent de manière insidieuse au fil des ans et des décennies et ne présente pas de symptômes clairs (fatigue, baisse des performances), elle est également connue sous le nom de "maladie silencieuse".

Non traitée, l'hépatite C peut entraîner une maladie chronique et même la mort. Mais ce n'est plus forcément le cas aujourd'hui, car grâce aux médicaments antiviraux, son traitement est simple dans plus de 95 % des cas et peut être guérie en quelques semaines.

Le projet "Bel Paese" vise à diagnostiquer et à traiter le plus grand nombre de personnes possible en sensibilisant particulièrement ce groupe de population et les médecins de famille. De cette façon l'hépatite C peut être éliminée dans ce groupe de population.