Hépatite C

Quand tester ?

Les groupes de personnes suivants présentent un risque accru d'infection par l'hépatite C :

Consommateurs de drogues par voie intraveineuse (IDU) : Les personnes qui consomment ou ont consommé des drogues par voie intraveineuse ou par le nez dans le passé sont particulièrement touchées. Ce groupe de personnes représente 60 % des personnes touchées. Beaucoup ont été infectés dans les années 1980 et au début des années 1990, avant que des mesures de réduction des risques ne soient introduites dans le domaine de la drogue. Une seule consommation à haut risque suffit pour provoquer une infection.

Cohortes de naissance 1950 à 1985 : le virus de l'hépatite C n'a pu être détecté qu'en 1988. Avant cela, on utilisait le terme d'hépatite non-A/non-B, c'est-à-dire une hépatite qui n'était causée ni par le virus de l'hépatite A, ni par celui de l'hépatite B. Une transfusion de produits sanguins avant le début des années 1990, mais aussi des tatouages et des piercings dans des conditions de stérilité insuffisantes, sont des facteurs de risque d'infection. Les personnes nées entre 1950 et 1985 sont plus souvent touchées par l'hépatite C que la moyenne, comme le montrent les évaluations des diagnostics.

Personnes VIH positives : en raison de la similitude des voies de transmission, environ un tiers des personnes séropositives sont co-infectées par l'hépatite C. Les personnes séropositives qui sont traitées dans l'un des centres de la cohorte VIH (www.shcs.ch) sont systématiquement testées pour le VHC.

Hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH) : les HSH VIH positifs constituent le plus grand groupe de personnes nouvellement infectées. Ainsi, la cohorte VIH a enregistré une multiplication par 18 de diagnostics de VHC aigu dans ce groupe. Il est probable que l'infection dans ce groupe soit d'origine sexuelle. Chez les HSH VIH négatifs, aucune augmentation des infections par l'hépatite C n'a été enregistrée en Suisse à ce jour.

Personnes issues de pays fortement endémique : Les personnes originaires de pays où la prévalence du VHC est plus élevée font également partie des groupes à risque. Outre l'Asie centrale et orientale et l'Afrique du Nord, il s'agit des pays d'Europe de l'Est ou de la France et de l'Italie. Les migrants italiens de la première génération, par exemple, qui ont plus de 60 ans, sont touchés par l'hépatite C avec une fréquence supérieure à la moyenne.

Les personnes ayant des tatouages ou des piercings qui n'ont pas été appliqués de manière stérile : Les tatouages, les piercings, mais aussi les manucures et les pédicures, présentent un risque potentiel de transmission du virus de l'hépatite, à moins que des aiguilles jetables soient utilisées ou que les instruments soient suffisamment stérilisés.

Receveurs de produits sanguins en Suisse avant 1992 : Ce n'est que depuis le début des années 90 que le virus de l'hépatite C est détecté dans le sang. C'est pourquoi la transmission par les produits sanguins (transfusion de sang, de sérum ou de plasma) s'est également produite en Suisse avant le début des années 1990. Depuis le début des années 1990, tous les produits sanguins en Suisse sont testés pour l'hépatite C. Depuis lors, les produits sanguins sont sûrs et il n'y a plus eu de transmissions par cette voie.

Patients ayant subi des interventions médicales dans des pays où l'hygiène est limitée.

En outre, les personnes suivantes devraient se voir proposer un test d'anticorps :

  • Patients présentant un taux élevé de transaminases
  • Femmes enceintes
  • Les (anciens) détenus
  • Les personnes présentant les symptômes suivants, dont la cause n'est pas claire :
    • Fatigue importante
    • Troubles de la concentration
    • Douleurs et pressions dans le haut de l'abdomen
    • Dépressions
    • Douleurs des membres et des articulations
Les personnes nées entre 1950 et 1985 sont plus souvent touchées par l'hépatite C que la moyenne (Source: Richard J-L., 2018)

Tests et diagnostic

Si l'on soupçonne une infection par le VHC, un test de dépistage des anticorps est d'abord effectué dans le sang. Les anticorps sont détectables environ six à neuf semaines après l'infection. Il existe des tests rapides qui peuvent déterminer la présence d'anticorps anti-VHC à l'aide de sérum, de plasma ou de sang provenant du bout du doigt ou de la salive. Si le test est négatif, il n'y a généralement pas d'infection par le VHC. Toutefois, si une infection récente est suspectée ou chez des patients immunodéprimés, un test PCR est indiqué.

Si le résultat du test d'anticorps est positif, un test PCR suit. Cela indique si l'hépatite C est guérie ou active. Si le test PCR est négatif, il est très probable que l'infection ait déjà été guérie ou traitée. Un résultat positif au test PCR indique une infection active de l'hépatite C. Elle est suivie d'autres examens, en particulier la détermination du stade de fibrose du foie.

Une infection aiguë guérit spontanément dans 20 % des cas. Si la guérison n'intervient pas dans les six mois, l'infection peut être qualifiée de chronique. Selon les lignes directrices actuelles, toute hépatite C chronique doit être traitée (sauf si l'espérance de vie est inférieure à 12 mois, indépendamment de l'hépatite C). Un traitement précoce peut prévenir les maladies secondaires à l'intérieur et à l'extérieur du foie. En outre, la plupart des patients traités ne souffriront plus des symptômes non spécifiques qui limitent souvent leur qualité de vie, tels que la fatigue, les douleurs articulaires, les douleurs du haut de l'abdomen droit et les problèmes de concentration.

En cas d'infection par le VHC, le patient doit être orienté vers un spécialiste (hépatologue, gastro-entérologue, infectiologue ou - en cas de dépendance - vers un spécialiste en addictions ayant l'expérience du traitement de l'hépatite C) pour un traitement complémentaire. Dans le cas de patients sans complications, il n'est pas nécessaire de les adresser à un spécialiste, mais ils peuvent être traités directement dans le cabinet du médecin de famille, accompagnés d'un spécialiste. Informations complémentaires : www.hepcare.ch

Evolution d'une hépatite C

Traiter

Le but du traitement est la guérison. Il s'agit de prévenir les maladies secondaires, en particulier les maladies du foie associées au VHC et les manifestations extrahépatiques graves, ainsi que les symptômes restrictifs. Seuls les hépatologues, les gastro-entérologues, les infectiologues et certains spécialistes des dépendances ayant une expérience du traitement de l'hépatite C (voir la liste ici), peuvent prescrire les médicaments. Toutefois, il est possible de se faire soigner directement dans le cabinet du médecin de famille avec l'aide d'un spécialiste www.hepcare.ch. Le traitement dure de 8 à 12 semaines. Les coûts d'une thérapie s'élèvent à environ 30 000 francs suisses.

Recommandations

Téléchargements

Études et articles