Hépatite B

  • L'hépatite B est l'une des maladies infectieuses les plus graves et les plus répandues causées par un virus : 257 millions de personnes sont globalement atteintes d'une infection chronique par l'hépatite B.
  • On estime à 44 000 le nombre de personnes touchées en Suisse.
  • Le virus est transmis par voie sanguine et par voie sexuelle
  • Le virus de l'hépatite B endommage le foie et entraîne dans 25 à 30 % des cas une cirrhose du foie. Le risque de cancer du foie est fortement accru.
  • Il existe une vaccination efficace et sûre, qui est recommandée pour tous les nouveau-nés en Suisse.

L'hépatite B est l'une des maladies infectieuses les plus courantes et les plus graves causées par des virus. L'OMS estime que 257 millions de personnes dans le monde qui sont infectées par le virus de l'hépatite B (VHB) sont des malades chroniques. Plus de 880 000 personnes en meurent chaque année, notamment de cirrhose ou de cancer du foie. En Suisse, environ 44 000 personnes vivent avec l'hépatite B. Avec l'hépatite C (environ 40 000 personnes touchées), l'hépatite B est donc l'une des formes d'hépatite virale les plus courantes en Suisse. L'hépatite B est très contagieuse. En cas d'infection par une seringue contaminée, le risque d'infection est 50 à 100 fois plus élevé que pour l'infection par le VIH. Depuis l'introduction de la vaccination, les nouvelles infections ont diminué. Dans la plupart des cas, l'infection aiguë guérit sans séquelles. L'infection est considérée comme chronique si les virus sont détectables dans le sang pendant plus de six mois.

Transmission

Le virus est transmis principalement par le sang contaminé. Le virus est - en petite quantité - également détecté dans d'autres liquides corporels tels que la salive, les larmes, le liquide séminal ou les sécrétions vaginales. Les rapports sexuels non protégés, l'échange de matériel de consommation ou de préparation en cas de consommation de drogues par voie intraveineuse ou nasale, et la transmission de la mère infectée au nouveau-né sont les voies d'infection les plus courantes. Les infections par transfusion sanguine sont pratiquement inexistantes en Suisse, puisque tout le sang est testé pour les virus de l'hépatite B depuis 1980. Les tatouages, piercings, manucures, pédicures ou rasages à l'aide de lames, effectués de façon insuffisamment stériles, sont d'autres facteurs de risque possibles d'infection par l'hépatite B.

Groupes à risque

Dans le passé, les consommateurs de drogues par voie intraveineuse constituaient le groupe à risque le plus important, mais aujourd'hui, ce sont des personnes ayant des contacts sexuels non protégés - tant hétérosexuels qu'homosexuels. L'hépatite B est l'une des maladies professionnelles les plus courantes dans les professions de santé. Les enfants de mères infectées par l'hépatite B sont exposés à un risque d'infection très élevé. En outre, les migrants originaires de pays où le taux d'infection par l'hépatite B est élevé courent un risque accru d'être eux-mêmes porteurs du virus - souvent sans le savoir. Dans les pays où l'hépatite B est très répandue, la transmission de la mère à l'enfant est une voie de transmission courante. Les régions à large diffusion comprennent l'Asie, l'Afrique subsaharienne, l'Amérique du Sud, le Moyen-Orient, la région méditerranéenne et l'Europe de l'Est.

Symptômes et évolution

La période d'incubation après l'infection par le virus de l'hépatite B est de 60 à 120 jours. L'évolution de la maladie est très variable. La plupart des personnes infectées par l'hépatite B ne présentent que des symptômes non spécifiques ou pas de symptômes du tout, que ce soit en cas d'infection aiguë ou chronique. Certains développent des symptômes tels que le jaunissement de la peau et des yeux, des urines foncées, une fatigue extrême, des nausées, des vomissements et des douleurs abdominales. L'infection par l'hépatite B peut se transformer en une infection chronique du foie qui peut ensuite conduire à une cirrhose ou à un cancer du foie. Cependant, plus de 90 % des adultes en bonne santé atteints d'une infection par l'hépatite B se remettent complètement d'une hépatite B aiguë dans l'année qui suit. En revanche, jusqu'à 90 % des nouveau-nés et des enfants infectés développent une infection chronique.

Diagnostic

Une indication de la présence de l'hépatite B peut être l'augmentation de certaines valeurs hépatiques. Divers tests de laboratoire peuvent fournir des preuves de la présence d'anticorps et de protéines virales. Ces tests sont en mesure de différencier une infection récente d'une infection chronique. Ils signalent également une immunité acquise.

Prévention

La protection contre l'hépatite B est assurée par un vaccin très efficace, qui est administré en trois injections. Il est recommandé de vacciner tous les nourrissons et tous les groupes à risque contre l'hépatite B. Cela inclut les enfants de mères infectées, qui sont vaccinés immédiatement après la naissance pour éviter l'infection du nourrisson. La vaccination est également recommandée en cas de cohabitation dans un même ménage ou lors de contacts sexuels. Les travailleurs de la santé devraient également être vaccinés contre l'hépatite B. Les compagnies d'assurance maladie couvrent les coûts de la vaccination.

L'utilisation de préservatifs lors des contacts sexuels réduit le risque d'infection par le virus de l'hépatite B. Dans la vie quotidienne, le risque d'infection est faible. Néanmoins, les rasoirs ou les brosses à dents ne doivent pas être partagés. La prudence est également de mise pour les tatouages, les piercings, les manucures et les pédicures, ainsi que pour le rasage commercial à l'aide de lames.

Traitement

Étant donné que l'hépatite B aiguë se guérit d'elle-même chez la plupart des adultes sans laisser de séquelles, aucune thérapie spécifique n'est nécessaire.

L'hépatite B chronique peut être traitée par des médicaments, en particulier par des thérapies antivirales. Une guérison n'est possible que dans de rares cas, car même avec une thérapie réussie, le matériel génétique des virus reste généralement dans les cellules du foie. Cependant, le traitement réduit la quantité de virus dans le sang - et donc le risque d'inflammation du foie et le développement de la cirrhose du foie et du cancer du foie.

La thérapie n'est pas indiquée pour toutes les personnes atteintes d'hépatite B chronique. Toutefois, les personnes concernées doivent être soumises à une surveillance médicale régulière pour contrôler son évolution.

La transplantation de foie est une option thérapeutique pour les patients atteints d'une maladie hépatique avancée.

Recommandations

Téléchargements