Hépatite C

  • En Suisse, 32 000 personnes vivent avec l'hépatite C ; un tiers ne sait rien de leur propre infection, 200 personnes meurent chaque année des suites de l'hépatite C.
  • Le virus de l'hépatite C se transmet de sang à sang.
  • Les symptômes ne sont pas spécifiques, de sorte que les personnes touchées ne les associent souvent pas à l'infection par l'hépatite C.
  • L'hépatite C peut gravement nuire à la qualité de vie, car elle peut s'accompagner de fatigue chronique, de problèmes de concentration ou de dépression.
  • De nouveaux médicaments antiviraux guérissent une infection chronique en 8 à 12 semaines ; ces thérapies ont très peu d'effets secondaires.

Dans le monde, 58 millions de personnes sont infectées par l'hépatite C (VHC). Chaque année, 1.5 millions de personnes sont nouvellement infectées. En Suisse, environ 32 000 personnes vivent avec une infection à l'hépatite C. Cela fait de l'hépatite C, avec l'hépatite B (qui touche environ 40 000 personnes), l'une des formes les plus courantes d'hépatite virale en Suisse. Dans les pays industrialisés, plus de personnes meurent de l'hépatite C que du VIH. En Suisse, environ cinq fois plus de personnes meurent des conséquences de l'hépatite C que du VIH.

L'hépatite C est souvent sous-estimée, car l'infection se déroule généralement sans symptômes spécifiques. La plupart des personnes touchées ne remarquent pas d'infection avant longtemps. La cirrhose du foie peut se développer sur plusieurs années, voire plusieurs décennies. L'attention du public est également faible malgré le nombre élevé de personnes touchées. L'OMS parle donc d'une "épidémie silencieuse".

L'hépatite C ne guérit spontanément que chez une minorité de 20 % des personnes infectées, et dans la plupart des cas, l'infection devient chronique. Dans 25 % des cas, une cirrhose du foie (cicatrisation du foie) se développe. Ces personnes affectées ont un risque accru de cancer du foie. L'hépatite C chronique est la raison la plus fréquente de la transplantation du foie.

Indépendamment des lésions hépatiques, l'hépatite C peut également affecter d'autres organes. Les personnes atteintes d'hépatite C chronique ont un risque accru de contracter des maladies telles que le diabète, le durcissement des vaisseaux sanguins suivi d'un accident vasculaire cérébral ou d'une crise cardiaque, un cancer malin des glandes lymphatiques ou une maladie rénale chronique.

Figure 1: Evolution de la maladie

Transmission

La transmission du virus se fait par le sang contaminé, en particulier lorsque des matériaux sont échangés lors de l'utilisation de drogues par voie intraveineuse ou nasale, tels que des seringues, des aiguilles, des tubes et autres, lorsque les tatouages, les piercings, les manucures ou les pédicures ne sont pas effectués avec une stérilité suffisante, lorsque le rasage commercial est effectué avec des lames insuffisamment stériles, lors de transfusions sanguines ou d'interventions chirurgicales dans des pays où les normes d'hygiène sont faibles et de la mère au nouveau-né. L'infection lors de rapports sexuels est rare, sauf chez les hommes VIH positifs qui ont des rapports sexuels non protégés avec d'autres hommes.

Figure 2: Les routes de transmission les plus importantes

Groupes à risque

Une bonne moitié des personnes infectées l'ont été par la consommation de drogues. Il y a également de nombreuses personnes qui ont été infectées par des transfusions sanguines ou lors d'interventions médicales (dentaires) avant la découverte du virus. Les personnes nées entre 1950 et 1985 sont touchées par l'hépatite C avec une fréquence supérieure à la moyenne.

Symptômes

La période d'incubation pour l'hépatite C est de deux semaines à six mois. Cependant, 80 % des personnes infectées au stade aigu ne présentent aucun symptôme. Cependant, l'hépatite C aiguë peut s'accompagner de fièvre, de fatigue, de perte d'appétit, de nausées, de vomissements, de douleurs abdominales, d'urines foncées, de selles grisâtres, de douleurs articulaires et de jaunisse (jaunissement de la peau et des yeux). Si aucune guérison ne se produit dans les six mois suivant l'infection, l'infection aiguë se transforme en infection chronique.

Le symptôme le plus courant de l'hépatite C chronique est la fatigue. Celle-ci peut être si grave qu'elle entrave sérieusement la vie professionnelle et privée quotidienne. Les autres symptômes courants sont les douleurs articulaires, les douleurs dans la moitié droite et supérieure de l'abdomen ainsi que les difficultés de concentration et des performances limitées. Les symptômes apparaissent souvent insidieusement, de sorte que de nombreuses personnes atteintes ne les associent pas à leur infection par l'hépatite C et ne font le lien qu'après un traitement réussi, une fois les symptômes disparus.

En raison de l'absence de symptômes spécifiques, seule une partie des personnes touchées est au courant de l'infection. On estime qu'environ un tiers des 32 000 personnes infectées en Suisse n'ont pas de diagnostic.

Après une guérison, il n'y a pas d'immunité protectrice, une personne affectée peut être infectée à nouveau.

Diagnostic

Le test de dépistage de l'hépatite C est basé sur la détection d'anticorps spécifiques que le système immunitaire produit contre le virus. Si des anticorps sont présents dans le sang, cela signifie que l'organisme a été en contact avec le virus. Le sang est donc soumis à des tests supplémentaires pour détecter la présence de virus (charge virale). Ce n'est que lorsque les virus sont détectés que la présence d'une infection active par l'hépatite C est confirmée. Les anticorps de l'hépatite C sont présents à vie après le contact avec le virus, c'est-à-dire même après la guérison de la maladie. En outre, l'information génétique du virus peut être détecté à l'aide d'une méthode complexe et coûteuse. Aujourd'hui, on connaît sept formes différentes de VHC, connues sous les noms de génotypes 1 à 7, avec plus de 80 sous-types. En Suisse, les génotypes 1 à 4 sont pertinents et le génotype 1 est le plus répandu. Comme les derniers médicaments sont efficaces contre tous les génotypes, dans la plupart des cas, une détermination n'est plus nécessaire. Au total, environ 1300 nouveaux diagnostics d'hépatite C sont déclarés à l'OFSP chaque année. Le nombre de cas déclarés d'hépatite C aiguë (rapports des médecins et des laboratoires à l'OFSP) stagne depuis 1992 à 50 à 65 cas par an. Toutefois, le nombre réel de nouveaux cas est susceptible d'être beaucoup plus élevé en raison du nombre de cas non signalés.

Prévention

Il n'existe pas de vaccin contre l'hépatite C. Le risque d'infection peut être réduit en n'échangeant pas le matériel de consommation et de préparation de la drogue (seringues, aiguilles, filtres, cuillères, tubes), les brosses à dents, les lames de rasoir et les ciseaux à ongles. Il est conseillé de faire réaliser les tatouages ou les piercings uniquement par des studios de tatouage qui respectent les normes d'hygiène de l'OFSP.

Traitement

Aujourd'hui, une infection chronique par l'hépatite C est dans la plupart des cas facilement guérissable. Jusqu'à il y a quelques années, le traitement standard était une combinaison d'interféron et de ribavirine. Ces thérapies étaient très éprouvantes sur le plan physique et psychologique. Il existe aujourd'hui des agents antiviraux qui fonctionnent sans interféron et sont très efficaces, ne s'accompagnent que rarement d'effets secondaires et, dans plus de 95 % des cas, guérissent en 8 à 12 semaines.

Grâce à un traitement rapide et efficace de la maladie chronique de l'hépatite C, le foie peut se rétablir dans une large mesure, l'espérance de vie augmente et le risque de maladies secondaires telles que le diabète, les lésions rénales, les accidents vasculaires cérébraux ou le cancer malin des glandes lymphatiques diminue. De nombreuses personnes traitées aujourd'hui font état d'une amélioration notable de leur qualité de vie grâce à la disparition des symptômes non spécifiques mais pénibles.

Pour en savoir plus sur la thérapie, voir la rubrique Traiter.

Téléchargements

Études et articles